MANIFÊTE de la rentrée dans le quartier : pour continuer à revendiquer nos DROITS!

pochoirs dessisnés à la craie et affiches de l'évènementSuite à l’appel lancé par le comité de défense des droits de la table ACTION-GARDIEN, une quarantaine de citoyen.ne.s de Pointe Saint-Charles ainsi que des travailleur.e.s communautaires ce sont donné.e.s rendez-vous au métro Charlevoix le jeudi 4 octobre.

 

Accompagné de musique, nous avons déambulé sur la rue du Centre et nous nous sommes arrêtés devant divers organismes communautaires pour parler des enjeux du quartier. Avec des pochoirs à la craie, nous avons marqué notre passage sur la rue pour continuer à revendiquer nos droits: Pour le droit à l’éducation ! Pour le droit à la santé ! Pour le droit à un logement digne !

 

Au printemps, nous sommes allés souvent manifester au centre ville pour le droit à la santé, le droit à l’éducation, la démocratie. Cet automne, nos luttes ont porté fruit et le nouveau gouvernement vient de prendre des mesures : abolition de la taxe santé, annulation de la hausse des frais de scolarité et l’abrogation par décret des dispositions de la loi spéciale 78 qui limitaient les manifestations.

 

Cette action s’est inscrit dans le cadre de la journée de mobilisation générale lancée par la Coalition opposée à la tarification et la privatisation des services publics. Pour voir les autres actions et d’autres informations : http://www.nonauxhausses.org/

 

 

Enfants et Musique

Print Friendly

Manifestation à Montebello

L’ordre de faire arrêter la manifestation à Montebello contrevenait à la Charte

Le 16 janvier dernier, la Cour du Québec a rendu une décision favorable à Leila Martin qui avait participé à la manifestation contre le sommet sur le Partenariat pour la sécurité et la prospérité (PSP), à Montebello, en 2007. Le juge Réal Lapointe a conclu que l’ordre de faire arrêter la manifestation contrevenait à la Charte canadienne des droits et libertés.
 » La manifestante était assise dans la rue lorsque la ligne policière s’est mise à lancer des gaz lacrymogènes et à avancer pour mettre fin à la manifestation, vers 17 h 40.  » Mme Martin qui refusait de suivre une partie de la foule en fuite réclamait son droit de manifester pacifiquement. Elle avait alors été accusée d’entrave au travail des policiers. La Cour du Québec a finalement déclaré que l’arrestation de le jeune femme était illégale et qu’elle devait être acquittée.

Sources : http://www.liguedesdroits.ca/, Le Droit, Publié le 17 janvier 2011 à 22h48.
Print Friendly