Jeudis de la Justice [14 avril 2016] Portes ouvertes

 

 

PORTES OUVERTES

Jeudi, 14 avril 2016 de 13h00 à 16h30
2533 rue Centre, bureau 101

Venez visiter nos locaux, rencontrer notre équipe et poser vos questions.
Il y aura de la documentation gratuite et de l’Information sur le fonctionnement de l’aide juridique.


Consultations juridiques gratuites

Droit civil, familial, administratif et immigration
Apportez les documents nécessaires à la compréhension de votre situation.

 

Appelez-nous pour prendre rendez-vous: 514-933-8432

 

Me Myriam McLeod, une avocate invitée qui pratique le droit de l’immigration sera disponible pour répondre à vos questions.

 

De plus, il y aura 3 ateliers qui touchent des enjeux de Droit et d’immigration:

 

MINI-ATELIERS

 

13h30 : Quels sont les services couvert par l’aide juridique en Droit de l’immigration?
animé par Me Miriam McLeod, avocate spécialiste en droit de l’immigration

 

14h30 : Le parrainage familial: comment ça marche?
animé par Lydia Bertrand-Siebert, intervenante au soutien des personnes immigrantes au CEDA

 

15h30 : Séjours à l’étranger : quels droits conserve-t-on lorsqu’on sort du pays?
animé par Me Manuel Johnson, avocat aux Services juridiques communautaires

 


 

OPEN HOUSE

Thursday, Arpil 14th 2016 from 1:00  to  4:30 pm
2533 Centre St., office 101

You are invited to come and visit our office and ask questions concerning your rights. There will be free brochures and information on Legal Aid.


Free legal consultations
Civil, administrative, family and immigration matters
Bring your documents so we can better understand your situation.

 

Call us to make an appointment : 514-933-8432

 

We invited Me Miriam McLeod, a lawyer who practices immigration law to answer your questions.

 

Also, there will be 3 mini-workshops on diffirent topics that adress issues around Law and Immigration: the workshops will be in French, English questions and remarks are welcome!

 

Mini-Workshops

1:30 PM : Regarding immigration matters: What are the services covered by Legal aid? 
With Me Miriam McLeod, a lawyer specialized in immigration matters

2:30 PM : Family Sponsorship : How does it work?
With Lydia Bertrand-Siebert, Community worker at CEDA who does support work with migrants

 

3:30 PM : You are spending a period of time abroad : What rights do you preserve when you are traveling?
With Me Manuel Johnson, lawyer at the Community Legal Services


Print Friendly

Grilles des seuils d’admissibilité : Hausse des seuils à l’aide juridique

Grilles des seuils d’admissibilité à l’aide juridique en vigueur depuis le 1er janvier 2016:
Seuils d’admissibilité à l’aide juridique

Seuils d’admissibilité à l’aide juridique IN ENGLISH

Depuis le 1er janvier 2016, les seuils d’admissibilité à l’aide juridique ont été haussés de façon significative, succès d’une lutte collective menée depuis huit ans par la Coalition pour l’accès à l’aide juridique. Nous nous sommes beaucoup impliqués dans cette longue campagne et nous célébrons aujourd’hui cette victoire!

 

Ainsi, une personne seule travaillant au salaire minimum à raison de 35 heures par semaine est désormais admissible sans frais à l’aide juridique. En effet, le seuil d’admissibilité au volet gratuit pour une personne seule passe de 16 306 $ à 19 201 $ (revenu annuel brut). Une personne seule qui a un revenu entre 19 202 $ et 26 818 $ aura droit aux services d’aide juridique moyennant le versement d’une contribution de 100$ à 800$. Les autres catégories de seuils (un adulte avec enfants, couple sans ou avec enfants) sont elles aussi augmentées. De plus, les seuils d’admissibilité à l’aide juridique seront dorénavant indexés en fonction de la progression du salaire minimum.

 

Avec cette hausse des seuils qui entre enfin en vigueur, on peut dire que l’aide juridique renoue avec sa raison d’être, soit d’assurer aux plus démunis l’accès à la justice et de leur permettre de défendre leurs droits.

 

Aux Services juridiques communautaires, nous avons le mandat de centre d’aide juridique pour les quartiers de Pointe-Saint-Charles et Petite-Bourgogne. Nous offrons donc conseils et représentation dans les domaines suivants : matières familiales (divorce, garde d’enfant, pension alimentaire), logement, aide sociale, CSST, SAAQ, IVAC, Régie des rentes, prestations fiscales canadiennes pour enfant, droit des consommateurs, recouvrement, etc.

 

Print Friendly

Jeudis de la Justice [26 novembre 2015] FAIRE UNE RÉCLAMATION À LA CSST

FAIRE UNE RÉCLAMATION À LA CSST

 

Jeudi, le 26 novembre 2015
15h00 – 17h00
Lieu : 2533 rue Centre (Services juridiques)

 

Blessé.e au travail?
Que ce soit pour un mal de dos ou un « burn-out », vous pouvez faire une réclamation à la CSST (Commission de la santé et de la sécurité au travail)

 

-       Quelles sont les indemnités auxquelles je peux avoir droit?

-       Qu’arrive-t-il quand je ne peux plus occuper mon emploi suite à un accident de travail?

-       Qu’est-ce qu’une lésion professionnelle?

-       Est-ce que je peux contester les décisions de la CSST?

 

Avec Me Manuel Johnson, avocat aux Services juridiques communautaires

et une une personne de l’ Union des travailleurs et travailleuses accidenté-e-s de Montréal (l’UTTAM)

L’uttam est une organisation sans but lucratif qui regroupe principalement des travailleuses et travailleurs non-syndiqués qui ont été victimes d’accidents et de maladies du travail dans la région du Grand Montréal (Montréal, Montérégie, Laval, Laurentides et Lanaudière). Fondée en 1975, l’uttam a pour objectif répondre au besoin des victimes d’accidents et de maladies du travail de mettre en commun leur réalité, de se regrouper, de s’organiser, de faire entendre leur voix et de revendiquer leurs droits.

 

 

APPLYING FOR CSST BENEFITS

 

Thursday, November  26th 2015  3:00 – 5:00 PM
Where : 2533 Centre St.  (Community Legal Services)

 

Work injury? Whether it be for a sore back or a burn-out, you can make a claim at the CSST (Commission de la santé et de la sécurité au travail)

 

- What is a professional injury?
- What kind of compensation can I obtain?
- What happens if I can no longer work at my original job after a work injury?
- Can I contest the CSST’s decisions?

 

With Me Manuel Johson, lawyer at the Community Legal Services and someone from the Union des travailleurs et travailleuses accidenté-e-s de Montréal (l’UTTAM)

 

UTTAM is a non profit organisation that brings together non-unionized injured workers.

 

This workshop will be in French, whispered translation will be provided

 

 

Print Friendly

Le Sud-Ouest en colère : 2 semaines d’action contre l’austérité


Profitons des urnes pour dénoncer l’austérité !

 

Montréal, le 27 octobre 2015 - Les groupes communautaires réunis autour des quatre

tables de quartier du Sud-Ouest de Montréal interpellent les candidate.e.s  de Saint-Henri-Sainte-Anne afin qu’ils s’engagent fermement à investir dans les programmes sociaux et les services publics.

 

Depuis son élection, le gouvernement Couillard multiplie les coupures, les compressions et les réorganisations, au nom de l’atteinte du déficit zéro. Les attaques frontales en santé, éducation, aide sociale, logement, atteignent de plein fouet la population, particulièrement les personnes plus vulnérables, et augmentent encore la pauvreté et l’injustice sociale.

 

La déconstruction de nos services et programmes sociaux doit cesser ! Les organismes communautaires organisent ce vendredi 30 octobre une tournée des bureaux de comté pour dénoncer l’austérité et obtenir des engagements concrêts des candidat.e.s. Le départ aura lieu à 13h30 au métro Saint-Henri.

 

Les candidats sont également attendus lors d’une assemblée publique le jeudi 5 novembre, 19h00, au centre Lorne, 2390 Ryde, afin de répondre aux questions des résident.e.s et entendre leurs préoccupations.

 

Voici cinq des demandes priorisées par les tables de quartier.

 

Des investissements massifs en éducation

Alors que le taux de décrochage scolaire est alarmant et que les besoins dans nos écoles sont criants, le gouvernement vient de couper 350 millions au primaire et au secondaire. Pour Julie Mercure du Milieu éducatif La Source, ces compressions, ajoutées à celles de la CSDM, se traduisent déjà par des coupures de services, d’accès aux professionnels, d’activités parascolaires, sans compter l’augmentation prévue du ratio élève/professeur.

 

Nous demandons aux candidat.e.s d’exiger l’arrêt des coupes dans le milieu scolaire et le rehaussement massif du financement des écoles publiques.

Nous leur demandons également de réinvestir les enveloppes jusqu’ici investies dans les partenariats publics-philantropiques (PPP) dans nos écoles et nos organismes communautaires.

 

 

Sauvons les centres d’éducation populaire !

Les six centres d’éducation populaire de Montréal (CEP) sont présentement menacés de fermeture à cause du refus du ministre de l’Éducation François Blais de leur accorder un financement jusque là assumé par la CSDM.  Pour Marie-Andrée Painchaud du Carrefour d’éducation populaire, ces centres sont des milieux de vie essentiels dans nos quartiers, et leur fermeture entraînerait des coûts sociaux bien plus élevés que les économies budgétaires que souhaite réaliser le gouvernement.

 

Nous demandons aux candidat.e.s de s’engager à conserver la propriété publique des bâtiments, à financer les coûts d’opération et de rénovation des bâtiments, et à accorder aux centres un financement qui  leur permet d’accomplir leur mission.

 

 

Pour un programme digne d’aide sociale

Comme l’affirme Jean Lalande du Welfare Right Committee, interdire à une personne à l’aide sociale de voyager et de voir sa famille en limitant les séjours hors Québec à 7 jours est une attaque frontale à la dignité des personnes. De plus, le régime actuel oblige l’employabilité à tout prix, plutôt que de respecter le droit à un travail librement consenti.

 

Nous demandons aux candidats de s’engager pour un programme d’aide social digne qui couvre les besoins de base des prestataires et respecte les droits humains fondamentaux

 

 

Abolissons les frais accessoires en santé

Le comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles dénonce la pratique répandue de la facturation de frais aux patients dans les cliniques médicales. Le ministre de la Santé est en train de légaliser cette pratique et de créer ainsi un système de santé à deux vitesses.  « On ne règle pas un enjeu fondamental de société par de simples amendements à un projet de loi et en limitant le débat à un pur exercice comptable », s’indigne Stéphane Defoy, porte-parole du comité.

 

Nous demandons aux candidat.e.s de se prononcer pour l’abolition des tous les frais facturés qui compromettent la couverture complète aux soins de santé, et pour la tenue d’une consultation publique sur le financement des cliniques médicales au Québec.

 

 

Des logements sociaux en réponse aux besoins 

Les besoins en logements sociaux et communautaires sont urgents dans le Sud-Ouest, alors que 4000 ménages consacrent plus de 50 % de leur revenu mensuel pour se loger. Le budget 2015-2016 du gouvernement libéral annonçait 1500 nouveaux logements sociaux, soit deux fois moins que le budget 2014-2015. « Garantir le droit au logement passe par la construction de logement social, et non par des suppléments au loyer dans les logements privés, affirme Fred Burrill, du Popir Comité Logement.

 

Nous demandons aux candidat.e.s  de s’engager pour la construction de 50 000 logements sur 5 ans sociaux à l’échelle du Québec, dont 4000 pour le Sud-Ouest.

Nous leur demandons également de s’engager pour la mise en place d’un contrôle obligatoire et universel des loyers, et pour un meilleur accès à la justice à la Régie du logement.

 

 

Les groupes communautaires posent une question claire aux candidat.e.s : « Cautionnez-vous les politiques actuelles d’austérité, ou bien vous engagez-vous à agir pour l’amélioration des conditions de vie de la population que vous aspirez à représenter ? Nous attendons des réponses concrètes le 30 octobre lors de la tournée des bureaux du comtés »

 

-          30   -

Source :

Action-Gardien, Table de concertation communautaire de Pointe-Saint-Charles
Coalition de la Petite Bourgogne

Concertation Ville-Émard- Côte-Saint-Paul
Solidarité  Saint-Henri

Pour information :

Jérémie Dhavernas : 514-441-7989

Shannon Franssen : 514-730-1311

Print Friendly

Black Women and the Law: Reclaiming Spaces and Changing the Narrative of Black Female Success

Une invitation de l’association des étudiant noirs en droit de McGill : 

Black Women and the Law: Reclaiming Spaces and Changing the Narrative of Black Female Success

 

1 novembre 2015 à 17:30
Faculty of Law | Faculté de droit – McGill3644 Peel Street, Montréal H3A 1W9

What does it mean to be a Black woman in the Law?

Come join the Black Law Students’ Association of McGill as we explore this question from multiple lenses. We will analyze the relationship of Women of Colour in our legal system from the ground up and dissect the stereotypic portrayals of ‘Black women in the Law’ in the media, with a specific focus on some of your favorites – Olivia Pope, Annalise Keating and Jessica Pearson!

 

 

What are the narratives in place that currently define Black women in the Law and how do they differ from the lived experiences, both past and present, of young Black female [prospective] lawyers? Hear first hand from our wonderful, successful panelists, featuring Rachel Zellars, JD and several stellar Black female students and alumni from McGill Law, including: Alyssa Clutterbuck, Lillian Boctor, Stephanie Jules, Amanda Wurah and Samanthea Samuels.

 

 

Come join us as we debunk stereotypes of Black female success and engage in fruitful and critical discussion about the barriers faced and feats accomplished by Black women in the law!

Print Friendly